Eve-Elisabeth Martin hypnothérapeute et le stress

20 avril 2018
20 avril 2018 Eve

Eve-Elisabeth Martin hypnothérapeute et le stress

Eve-Elisabeth Martin, hypnothérapeute vous recommande cet article sur le stress, un mal du siècle car le monde actuel relève du « challenge » perpétuel. Ce stress est un élément limitant et bloque certaines de nos facultés.

Pourquoi stressons-nous pendant les examens ?

«  Il existe plusieurs sources de stress aux examens. Mais il faut différencier bien évidemment le bon stress qui va donner de l’énergie, un désir d’apprendre, de réviser, d’être à la hauteur de ses espérances et du mauvais stress. Le mauvais stress est celui qui, avant l’examen, bloque la concentration, la mémorisation, la capacité d’organisation et de priorisation des révisions. L’élève peut avoir ce sentiment qu’il n’aura jamais le temps de tout réviser, jamais la capacité de tout connaître et du coup cela lui bloque sa capacité à se concentrer et mémoriser.
Puis il y a les autres causes qui vont amplifier le niveau de stress. C’est ce que l’on appelle les croyances qui vont impacter les capacités de l’élève : je suis nul, je ne vais pas réussir, c’est impossible pour moi, je rate tous mes examens… Pendant l’examen les mêmes croyances et pensées peuvent totalement bloquer le système de raisonner de l’étudiant qui va avoir un « blanc » ou un trou noir (chacun sa couleur…). Plus rien ne sort, plus d’idées, tout est bloqué. 
 »

En quoi l’hypnose permet de mieux gérer son stress ?

« Oui l’hypnose permet d’ouvrir les portes de ses capacités, de se révélerL’hypnose va « casser » les croyances du jeune « je ne suis pas capable, je ne suis pas à la hauteur » et développer tout le positif qui est en lui.
Quand on apprend à marcher je crois qu’un bébé tombe en moyenne 2000 fois avant de bien savoir marcher donc il s’est relevé 2000 fois. Il a eu assez de confiance en lui pour recommencer encore et encore. Car à cet âge là il n’a pas toutes ces croyances qui sont venues se loger dans son inconscient. L’hypnose va donc aller rechercher toute cette confiance et l’amplifier dans le conscient de la personne. Le jeune va donc se libérer, croire en lui, oser, sentir qu’il est capable…
Une fois ces croyances bien libérées le jeune est réceptif pour mieux apprendre. Il sait qu’il peut. Grâce à des techniques de visualisation et de mémorisation il va ouvrir donc tout le champ des possibles de son cerveau. Il sait apprendre 25 mots en 5 minutes, retenir la guerre de 14-18 sur une carte mentale, se concentrer… Il sait être plus « maître » de son cerveau.
C’est donc un excellent moyen pour bien gérer son stress car le jeune a enlevé ses facteurs de stress : croyances, peurs… et il sait se mobiliser et mobilier son cerveau pour s’organiser, prioriser, planifier, se concentrer. On apprend aux jeunes à « gérer » leur cerveau. C’est un cours de cerveau en fait. Comment utiliser son cerveau, le rendre efficace et ouvrir toutes ses capacités. 
 »

L’hypnose est-elle efficace ?

« Oui. Les résultats sont excellentsAu cabinet je combine 3 techniques : l’hypnose, la sophrologie et l’EFT (Emotionnal, freedom technique : technique américaine de libération des émotions comme les peurs, colères ou tristesses bloquantes).
Avec l’hypnose je travaille sur l’inconscient du jeune (croyances, souvenirs, traumatismes…). Avec l’EFT je libère des émotions bloquantes et le jeune peut refaire des exercices chez lui ou en situation de stress. Avec la sophrologie, je travaille sur la conscience, sur le relâchement du corps et de la tête. Ce relâchement permet au jeune de mieux dormir, donc d’être plus en forme, plus en confiance. Il permet également de faire remonter tout son positif et sa confiance en lui (vous savez celle du bébé).
En 2 à 6 séances le jeune peut être libéré, plus en confiance, croire en lui, se concentrer, mémoriser, et surtout croire qu’il est capable de beaucoup. Les jeunes qui sont bloqués aux examens sont débloqués et ont les notes correspondantes à leur travail et leurs capacités. Cette confiance a souvent un impact sur leurs relations aux autres également. Pour moi la confiance en soi est la clé de la sérénité. 
 »

Peut-on combattre le stress seul ?

«  En fonction du facteur de stress on peut le combattre avec ses propres ressources mais certains facteurs devront forcement s’accompagner d’une aide externe pour le combattre. Les étudiants stressés doivent d’abord identifier leurs facteurs de stress.
Première étape, la prise de conscience. Je conseille à mes clients de faire un dessin.
Deuxième étape : trouver des solutions et agir. L’inaction fait augmenter le stress. La non verbalisation aussi.
Troisième étape : Mettre en application les solutions.
Il est fréquent que les étudiants pendant des révisions puissent être stressés par d’autres sujets comme l’amoureux ou amoureuse, l’engueulade avec la copine… Ces sujets là ne sont pas anodins à cet âge et peuvent empêcher le jeune de se concentrer. Il ne faut absolument pas le minimiser. Il faut agir, communiquer, verbaliser. Aller voir l’amoureux et crever l’abcès, voir les copains et communiquer car dans le cas contraire, cela peut prendre la tête de façon invisible et l’étudiant sera incapable de se concentré sur ses révisions car son deuxième cerveau (le ventre celui des émotions) est pris par tous ces tourments. 
 »

Eve-Elisabeth Martin, hypnothérapeute: le stress peut trouver une solution dans la thérapie brève et en particulier l’hypnose. Se débarrasser d’un tel boulet est une véritable délivrance au moment crucial des examens.

Source de l’article

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *